Prix suisses de théâtre

Grand Prix suisse de théâtre / Anneau Hans Reinhart 2017

Grand Prix suisse de théâtre / Anneau Hans Reinhart 2017

Ursina Lardi

Radicalité et maestria à l’oeuvre
 

Ursina Lardi, née en 1970 à Samedan, a grandi à Poschiavo, dans les Grisons italophones. Elle est aujourd’hui l’une des comédiennes les plus protéiforme et les plus connue de Suisse. Elle vit sur les planches depuis l’enfance. Elle obtient son diplôme d’institutrice à Coire et se rend à Berlin en 1992, où elle étudie à l’art dramatique à la Haute école «Ernst Busch» jusqu’en 1996. Elle a ensuite des engagements entre autres au théâtre Maxim-Gorki à Berlin, au Schauspielhaus de Düsseldorf, au Schauspiel de Francfort, au Schauspiel de Hannovre, au Deutsches Schauspielhaus de Hambourg et au Berliner Ensemble. Depuis 2012, elle est membre permanent de la Berliner Schaubühne, une scène qu'elle a foulée pour la première fois en 2004. Ursina Lardi est connue en particulier pour ses nombreux rôles au cinéma et à la télévision. On la retrouve dans de nombreux épisodes de la série « Tatort », mais son rôle le plus célèbre est celui de la baronne Marie-Louise dans « Le Ruban blanc » de Michael Haneke, un film de 2009 bardé de récompenses. Ursina Lardi reçoit en 2014 le Prix du cinéma suisse de la meilleure interprétation féminine pour sa prestation dans « Traumland » (2013). Le film raconte le drame d’une femme enceinte qui cherche à comprendre pourquoi son homme la trompe avec des prostituées. On peut également la voir à l’écran dans d’autres films suisses à succès comme « L’Affaire Grüninger » (2014) ou « L’Enfance volée » (2011).

Malgré ses succès au cinéma, Ursina Lardi reste avant tout, dit-elle, une femme de théâtre. Sur une scène de théâtre, on a une plus grande liberté. Le metteur en scène est là pendant les répétitions, mais après on est seul dans le rôle. Au cinéma, le réalisateur est toujours présent sur le plateau ou le lieu de tournage. Il y a de nombreuses pauses, les séquences sont retravaillées au moment du montage et les versions définitives montées sans que l’actrice ait son mot à dire. Ursina Lardi est une actrice caméléon, connue pour son jeu sans compromis dans des rôles difficiles. Elle ne craint pas d’incarner la laideur comme dans le téléfilm « Im Nirgendwo » (2016), une critique sociale où elle apparaît sous les traits de Charlotte, une journaliste blasée et cynique. Qu’un personnage soit sympathique ou non n’est pas un critère à ses yeux : elle se concentre sur le jeu et laisse le public seul juge. Dans la saison 2016-2017 du Schauspielhaus de Zurich, on a pu voir Ursina Lardi dans « La Cerisaie » de Tchékhov, mise en scène par Thorsten Lensing, et dans « Compassion. L’histoire de la mitraillette », de Milo Rau, un spectacle de la Schaubühne de Berlin.

« ‚Je change d’habit et c’est parti‛. C’est ainsi qu’Ursina Lardi définit l’essence de son travail. Cette citation souligne sa radicalité et sa maîtrise du sujet. Pour la Grisonne, c’est l’aboutissement d’un long parcours dont elle posé les jalons un à un. Depuis l’époque de sa formation à Berlin, elle est devenue une actrice de cinéma célébrée et couronnée de prix, tout en demeurant également fidèle à la scène. Düsseldorf, Hambourg, Hannovre et encore et toujours Berlin ont été les étapes clés de cette carrière. Depuis 2012, Ursina Lardi est membre permanent de la Berliner Schaubühne. Les personnages qu’elle incarne sont profondément humains parce que non monolithiques, mais emplis de contradictions, à la fois durs et vulnérables, forts et fragiles. »
Mathias Balzer, membre du jury   

www.wikipedia.org/wiki/Ursina_Lardi
www.schaubuehne.de/de/personen/ursina-lardi.html