Prix suisses de théâtre

Gabi Bernetta

Prix suisse du théâtre 2018

Oscar Gómez Mata

La colère comme moteur

 

Le comédien et metteur en scène Oscar Gómez Mata est né en 1963 en Espagne ; il y cofonde en 1987 la compagnie Legaleón-T, avec laquelle il réalise quelques pièces jusqu’en 1996. Il arrive à Genève en 1995 où il crée sa compagnie l’Alakran en 1997. Directeur artistique, il est responsable de la mise en scène, de la conception et de la dramaturgie, des textes également et n’hésite pas à monter sur scène à l’occasion. De 1999 à 2005, il est artiste en résidence au théâtre Saint-Gervais de Genève, en 2006 au laboratoire artistique international « Les Subsistances » de Lyon qui se consacre à la recherche d’un nouveau langage dans les arts du spectacle. Il est aussi engagé dans la formation et la formation continue théâtrales, notamment à l’École de théâtre Serge Martin de Genève et il est régulièrement invité à la Manufacture, la haute école de théâtre de Suisse romande (HETSR) de Lausanne.

Les pièces d’Oscar Gómez Mata et de L’Alakran hésitent entre comique et sérieux, entre spontanéité théâtrale et critique de la société capitaliste. Son théâtre joue avec le ici et maintenant, et donne au public un rôle actif. Coproduites par des théâtres suisses et étrangers, ses pièces tournent en France, en Espagne, en Italie, au Portugal et en Amérique du Sud. Sa dernière pièce, « Le Direktør » (2017), sur une idée originale de Lars von Trier, a été acclamée au festival de La Batie de Genève, a beaucoup tourné et figure sur la short list de la Rencontre du théâtre suisse 2018. Une autre pièce, « Entre » (2012) avec des étudiants de la Manufacture, a été présentée en Suisse romande et au festival d’Avignon. Sa première pièce suisse, « Boucher espagnol » (1997) d’après Rodrigo Garcia, a connu plus de 150 représentations jusqu’en 2003 et reçu en 2001 le prix de la banque cantonale de Zurich au Theaterspektakel.

« Oscar Gómez Mata vient de fêter les vingt ans de l’Alakran, la compagnie qu’il a créée en s’installant à Genève. Depuis 1997, fort du réseau et du vocabulaire artistiques qu’il avait développés en Espagne, Oscar Gómez Mata compose des poèmes verbaux, visuels et corporels. Ces poèmes sont aussi des essais qui procèdent sur scène à la dissection des travers de la société capitaliste. Derrière l’énergie comique, c’est en effet la colère qui est le moteur principal d’Oscar Gómez Mata, une colère qu’il veut intelligente et qu’il tient à partager. Chaque spectacle de l’Alakran établit ainsi une relation à la fois brutale et amicale avec le public : un inimitable mélange d’âpreté et de douceur. »

Danielle Chaperon, Jurymitglied

www.alakran.ch
zurück zur Übersicht